Envol des Cités AffichePeut-être faisiez-vous partie des 10 000 spectateurs massés à Tournai, le vendredi 6 juin ? Un concert gratuit, 10 groupes hainuyers exposant leur talent… ébouriffant non ? Ce spectacle ponctuait une tournée organisée par la Province du Hainaut dans les grandes villes de la région.

Pour le public, « L’Envol des Cités » se résume bien souvent à cette tournée de printemps, qui s’arrête à Charleroi, La Louvière, Tournai et Frameries, d’avril à juin. L’occasion de découvrir des groupes régionaux, aux styles variés, ainsi que des guests, comme Suarez, Mickaël Miro ou encore Mister Cover. Pourtant, ces concerts ne sont que le versant d’un imposant projet musical, rampe de lancement pour de nombreux artistes, depuis près de 10 ans. Certes, il y a, en bout de course, des vainqueurs et des prix, comme un album, un accompagnement professionnel et des concerts dans les festivals de l’été. Mais l’Envol des Cités, c’est aussi et surtout une formation, orientée vers l’éducation permanente et portée des valeurs de solidarité, qui lui confère un caractère unique en Belgique francophone. Et qui en fait l’antithèse d’émissions musicales à la mode, telle « The Voice ».

Un besoin musical à assouvir

Remontons à ses premiers battements d’ailes, avec son fondateur. Après une carrière de chanteur au sein du groupe Levure, Jacques Nuovo travaille au service culture, à Mons. Un jour, l’opportunité de créer un projet musical frappe à sa porte : «  L’échevin de la culture m’avait demandé, il y a une dizaine d’années, de lui amener des projets susceptibles d’améliorer le sort des artistes ici à Mons, des artistes émergents en tout cas. Et c’est ce que j’ai fait. On a créé l’Envol des Cités. On parlait à l’époque des cités, des quartiers, des petits groupes qui jouaient dans leur cave. L’idée était de les faire sortir, de les mettre sur une scène un peu plus professionnelle et de leur faire faire une petite tournée dans la région de Mons. » Ce projet part du constat que Mons (et plus largement, la province) est à la traine, tant du point de vue des infrastructures musicales que du dynamisme. Un besoin latent qui explique le fort engouement, dès les premières éditions. L’extension du projet à un plus large territoire est inévitable, et l’Envol des Cités passe sous l’égide de la Province du Hainaut, après quelques années. Charleroi, La Louvière, Tournai et Frameries accueilleront désormais la tournée. Cette dernière entretient une relation privilégiée avec l’Envol des Cités, suite à la création d’un espace musical dans sa gare désaffectée.

Comme depuis ses débuts, l’Envol des Cités est ouvert aux groupes hainuyers, ou ayant une attache avec la région, qu’elle soit familiale, de cœur ou bien scolaire. Après 10 ans d’existence, le projet a accueilli énormément de candidats. Et pourtant, ce sont encore 216 groupes qui se sont (re)présentés pour l’édition 2014! 216 devenus 30, après une première sélection, sur base de démos envoyées. 30 réduits à 10, après un passage devant un jury composé de musiciens, des formateurs et de quelques associations partenaires. 

Envol des Cités- Groupes participants

Les groupes participants à l’Envol des Cités. A l’avant plan, à gauche, Jacques Nuovo, coordinateur provincial et fondateur du projet. Photo: © Envol des Cités

Dès février, les 10 « finalistes » sont prêts pour l’aventure. « L’immersion, le temps d’une tournée de printemps, dans le métier pour lesquels ces musiciens se destinent. Et l’ouverture d’esprit ». C’est ainsi que Jacques Nuovo décrit le concept de l’Envol des Cités. « Et l’ouverture d’esprit ». Ce petit ajout à une importance extrême, qui façonne la formation elle-même. La soixantaine d’heures proposées inclut naturellement des ateliers liés à la musique : rythmique, morceaux à jouer en acoustique,… sans compter des masters class comme celle dispensée par Marc Ysaye, batteur de Machiavel et directeur de Classic 21, qui partage son expérience. D’autres modules, plus surprenants, sont dédiés à la sophrologie et l’estime de soi.

L’objectif n’est pas de former techniquement des musiciens, mais de stimuler leur créativité, et de préparer leur avenir, en leur apprenant à s’auto-évaluer pour mieux progresser. Un cocon positif, décrit par le groupe Feel, vainqueur cette année du Grand Prix (l’interview date du 04/06/14, avant la finale) : « L’Envol des Cités, c’est une belle occasion de progresser. On est vraiment stimulé… on est mis dans un engrenage positif. A chaque date, on essaye de tenter quelque chose en plus. C’est assez rassurant, parce que des gens sont derrière nous et nous poussent toujours à mieux faire.» Encourager mais ne pas formater. C’est essentiel, pour Marie Demoustiez, qui développe le cursus : « C’est comme si l’Envol des Cités était une boite à outils. C’est aux groupes de prendre ce qu’ils veulent.»  Enfin, cette formation et la tournée elle-même impliquent un « vivre ensemble » entre les différents groupes. Cette dimension est fondamentale aux yeux des organisateurs. C’est pourquoi elle intervient dans la désignation du vainqueur.

Une rampe de lancement

En effet, l’Envol des Cités est aussi un concours doté de prix. Celui qui attire d’emblée les oreilles, c’est le Grand Prix de la Province du Hainaut. A la clé, la production d’un album avec le label Moonzoo, pour une valeur estimée à 20 000€. Et si, naturellement, un jury professionnel juge la technique des musiciens et des chanteurs, les formateurs et accompagnateurs ayant côtoyé les groupes tout au long du projet interviennent également dans l’attribution du prix. « Le meilleur est aussi celui qui aura le meilleur esprit de cohésion de groupe, le plus d’humanité, de fraternité et de collaboration entre les groupes », complète Jacques Nuovo. Plus qu’une simple récompense financière, ce prix vise donc à promouvoir la philosophie de l’Envol des Cités. Le commentaire du trio qui compose Feel va dans ce sens. Martin pointe d’abord que « l’Envol des Cités, c’est une chance de pouvoir partager », avant que Kevin n’enchaine « : Pour moi, c’était très important pour la confiance, en moi et en nous. Puis de savoir décider où j’avais envie d’aller avec le groupe. C’est vraiment ça que j’ai retenu. Se dire qu’on est musicien, et qu’on a envie de faire ça, parce qu’en plus on nous donne la chance de le faire. » Enfin, François (dit « FranceBass ») conclut : «Moi j’ai vu l’évolution. Je vois le groupe d’un œil extérieur plus facilement. »

Envol des Cités- Finale Tournai

Succès de foule pour le dernier concert à Tournai, le 6 juin. Photo: © Envol des Cités

 

Cependant, les autres prix sont autant d’opportunités professionnelles, à l’instar du « National 5 ». Ce dernier est né en 2012, d’une collaboration avec les dispositifs similaires des autres provinces : « Ca Balance » en terres liégeoises, la « Rock’s Cool » en contrée namuroise, le « SDAC » en province de Luxembourg et le « Grand Tremplin » en Brabant Wallon. Outre les échanges d’expériences entre les organisateurs respectifs, ce collectif fait tourner les vainqueurs du « National 5 » dans les autres provinces. Jacques Nuovo cite cet exemple de 2013: « Un artiste, retenu dans National 5, est plus facilement détectable, si vraiment il y a quelque chose, un petit peu comme Céléna & Sophia. C’est notre preuve pratico-pratique. Elles se font remarquer et ça marche, on les prend partout : aux Franc’Off, au Québec,… ! Je ne dis pas que c’est uniquement grâce à nous, nous sommes un outil et le talent, c’est elles. Mais si on n’avait pas été là, elles n’auraient pas eu toutes ces possibilités. » Un exemple qui confirme qu’il n’y a pas un gagnant, mais plusieurs. Chaque membre du jury apporte une piste professionnelle. A l’instar des représentants des festivals comme le Ronquières Festival, Scène sur Sambre ou encore Dour, qui inviteront certains groupes à jouer sur leurs scènes !

Fidèle à sa philosophie, l’Envol des Cités ne se contente pas de lâcher le groupe face au label après la tournée. Au contraire, il l’accompagne tout au long du processus : « On les suit, ils sont coachés par la maison de disque en studio, jusqu’au bout. Même si l’album doit prendre deux ans ». Un accompagnement que Dandy Shoes, vainqueur il y a deux ans du « National 5 » et recontacté plus tard par Marc Ysaye, confirme : « C’est le seul concours qu’on ait fait qui a eu de vraies répercussions. Il y a un suivi et les gens te recontactent après. C’est pas « le concours est fini, t’as ton prix, allez tchao, casse-toi ». Ici, on a eu des contacts et la production de l’album.». Le fruit de ce travail sera à portée de vos oreilles en septembre 2014 ! En définitive, ce sont les participants qui sont maitres de leur sort. Ce n’est pas Suarez, pourtant reparti bredouille, il y a quelques années déjà, qui vous dira le contraire !

Envol des Cités- salut

Les artistes vous saluent! Photo: © Alpixart Photography

 

Les groupes du Tour 2014 (descriptif des groupes sur le site de l’Envol des Cités): Atomic Spliff & Les Rebel Dubz, Duckbill Crisis, Feel, FG & K-Rizm, Marty and the Magic Minds, Silence Boris, Stoplight, The Skip, Transmission, Zappeur Palace

Nicolas Zinque

Liens

L’Envol des Cités : www.envoldescites.be

Dandy Shoes : Page Facebook

Feel : feel-music.be

Levure (groupe de Jacques Nuovo) : Page Facebook