La Fantasy a connu une exposition médiatique importante ces dernières années, suite au succès de la trilogie du « Seigneur des Anneaux », adaptée au cinéma par Peter Jackson. Cependant peu d’auteurs francophones percent dans le genre, encore moins en Belgique. Et pourtant, il y a 10 ans, une jeune montoise du nom de Rose Berryl publiait le 1er tome d’une saga de Fantasy!

Rose Berryl

Rose Berryl. © Rose Berryl

Née à Mons au début des années 80, Rose Berryl fait ses études secondaires à Mons, avant d’entrer à la FUCAM, section sciences politiques. Changeant d’orientation, elle se tourne vers l’histoire de l’art à la FUNDP (université de Namur), mais revient à Mons par la suite. C’est durant cette période de bouleversements qu’elle couche sur papier les premiers mots de la saga Damenndyn. Si elle habite aujourd’hui à Montréal, Rose Berryl reste une auteure incontournable dans la région. Et, malgré l’éloignement, très disponible pour ses fans de tous pays, via les réseaux sociaux. Le Héraut du Hainaut vous propose une interview en deux parties, pour faire connaissance avec cette auteure complète, qui a étendu son registre au-delà de la Fantasy.

Dans ce premier article, nous vous invitons à la découvrir, via son œuvre phare. Publiée à partir de 2004, sous le titre « Voyage dans la Pénombre » aux Editions de la Page, la saga de Damenndyn a poursuivi son parcours sur trois autres tomes, adoptant en cours de route le nom de son héroïne, lors d’un changement d’éditeur. L’accueil du public est chaleureux, puisque les tomes de la saga se sont écoulés à plusieurs milliers d’exemplaires. Comme nous l’explique Rose Berryl, « la première édition de la saga s’est vendue à environ 8000 exemplaires en cinq semaines (juste en Belgique francophone), sous la forme d’un coffret collector contenant les deux livres. » Ce plébiscite s’accompagne également d’un succès critique. Le premier tome, « Damenndyn et le grimoire d’Esklaroth » est en effet récompensé par un prix Gros Sel (prix du Jury) en 2007.

Les tomes 1 à 4 sont publiés de 2004 à 2007, avant que la série ne soit mise en pause, suite à un nouveau changement d’éditeur. Aujourd’hui, le tome 5 est achevé et le 6e épisode est en cours d’écriture. C’est donc avec une impatience grandissante que la communauté de fans se prépare au retour de Damenndyn.

 

Rose Berryl et Damenndyn

Si vous deviez résumer, en quelques lignes, la saga Damenndyn aux lecteurs qui ne connaissent pas cette œuvre… ? 

Rose Berryl : « Il serait très très difficile de résumer ici la saga sans spoiler un minimum.  Je peux juste vous donner le contexte dans lequel débute l’histoire.  Tout se déroule au cœur du Grand Monde, lieu où vit une jeune fille de dix-huit ans prénommée Damenndyn.  Élevée depuis toujours dans un orphelinat par des prêtresses, elle aime braver l’autorité avec son meilleur ami Daïron, qui l’accompagne partout.  Un jour, elle est convoquée par la prêtresse mère, qui lui remet un étrange grimoire, qu’elle commence à lire sans attendre, plongeant dans une histoire de chevaliers en route vers un château maudit, aux prises d’un château où se déroulent de terribles phénomènes.  Au fur et à mesure que les pages se tournent, Damenndyn va constater que son univers se modifie, s’obscurcit, pour, au final, lui faire vivre des choses étranges, effrayantes, qui vont affecter son quotidien, ainsi que celui de son entourage.  Cette saga mêle à la fois magie, ténèbres, horreur, amour et amitié, pour perdre le lecteur dans un univers haut en couleurs, riches de nouvelles créatures, de nouveaux mythes, de lieux enchanteurs ou horrifiques. »

D’où est venue l’idée de cet univers et de ce personnage ? Certains éléments de cet univers sont-ils influencés par votre région d’origine (par exemple la Ducasse de Mons) ?

« Il n’existe aucun lien entre la saga et la cité du Doudou.  Le personnage s’est imposé à moi du fait qu’à l’époque, je voulais un personnage qui soit un peu comme je l’étais alors, perdue dans un monde que je ne comprends plus, avec son lot de bonnes et de mauvaises choses, mais aussi d’épreuves en tout genre.  C’est ainsi qu’est née Damenndyn, que j’ai dû faire évoluer dans son propre monde, que je pouvais modeler comme bon me semblait, dans un contexte historique que j’affectionne particulièrement: le Moyen-Âge.  Peu à peu, l’univers a pris forme, mais ne comptait à l’origine que les scènes de château.  Lorsque j’ai signé avec les Ateliers et Éditions de la Page, l’idée d’étendre « le terrain de jeu » de mes personnages m’a été soufflée.  De l’unique Royaume de Lythuste, je suis passée à un monde qui compte cinq royaumes : Lythuste, Pitherygand, Dianesythe, le Royaume Souverain et Thoragoste.  Chacun, bien entendu, possédant ses propres règles, ses créatures ou encore son histoire. »

Hommes blancs au combat

Bien qu’elle soit originaire de la cité du Doudou, Rose Berryl ne s’est pas inspirée du Lumeçon pour la saga Damenndyn. Photo: © Jacky Collinet

 
Quel parallèle faites-vous entre Damenndyn et vous ? Le fait qu’elle s’évade dans un livre fait-il écho à votre propre parcours ?

« Le personnage de Damenndyn était un peu la jeune fille que je souhaitais être (dans les grandes lignes), mais ce parallèle a très vite disparu lorsque je me suis mise à écrire.  Le personnage a gagné en autonomie pour suivre ses propres aventures.  Il n’y a donc pas de relation à faire entre elle et moi à l’heure actuelle. »

Pourriez-vous nous parler du parcours éditorial de Damenndyn  ? Les deux premiers tomes ont été réédités, et vous avez changé d’éditeur. Est-ce aussi pour cette raison que le tome 5 s’est fait attendre si longtemps ?

« Le 22 novembre 2004, les deux premiers livres de la saga ont été édités aux Ateliers et Éditions de la Page, sous le titre général « Voyage dans la pénombre » (Tome1/Livre 1 et Tome 1/Livre 2).  Suite à la fermeture, en avril 2005, de la maison d’édition, j’ai signé avec les Éditions Luce Wilquin en juillet 2005 pour la reprise du projet.  Les deux premiers ont donc été réédités sous les titres « Damenndyn et le grimoire d’Esklaroth » et « Damenndyn et la révélation », suivis des tomes 3 et 4, « Damenndyn et la voix des ombres » et « Damenndyn et le mystérieux héritier ».  Par la suite, d’un commun accord, nous avons décidé de suspendre notre collaboration pour le reste de la saga.  Néanmoins, le Tome 5 est achevé et le Tome 6 est en cours d’écriture.  Au total, ce sont quinze tomes qui sont prévus pour cette saga, et toute la trame principale est rédigée. »

Voyage dans la Pénombre- Damenndyn

Dans sa première édition, Damenndyn s’intitulait « Voyage dans la Pénombre ». Ce n’est qu’aux Editions Luce Wilquin que la saga adoptera son nom définitif. Un nouveau titre est également attribué à chaque tome. Par exemple, « Voyage dans la pénombre tome I (livre 2) devient « Damenndyn et la révélation ».

Vous avez achevé l’écriture du 5e tome ! Quand sera-t-il diffusé ? Pourriez-vous en donner un avant-goût exclusif pour le Héraut du Hainaut ?

« Je n’ai pas encore de date de parution à vous communiquer.  Mais l’information sera disponible sur le site officiel dès qu’il y aura du neuf à ce sujet.  Sachez que ce tome, dans la lignée des précédents, contiendra de l’action, de l’horreur, de la magie, des révélations historiques et beaucoup d’autres petites choses qui ont fait de Damenndyn une saga très appréciée des lecteurs, lors de sa parution en 2004 et sa réédition en 2005. »

Entre l’écriture du 1er et du 5e tome, il se sera écoulé 10 ans.  Est-ce que votre manière d’écrire et votre rapport à l’écriture ont évolué sur cette période ? De quelle manière ?

« Mon rapport à l’écriture n’a pas changé du tout, mais mon rapport au monde de l’édition, oui.  C’est ce changement qui justifie ce long délai. »

 Les différentes bibliothèques de Mons et de sa région possèdent les tomes de Damenndyn. Visiblement, votre région d’origine ne vous a pas oubliée ! Ça vous fait plaisir ?

« Bien entendu que cela me fait plaisir !  J’ai toujours eu de très bonnes interactions avec les bibliothèques, les classes et les lecteurs de manière générale.  Je les remercie vivement de la confiance qu’ils m’accordent et je souhaite pouvoir encore partager de nombreuses histoires avec chacun d’entre eux dans les années à venir. »

Propos recueillis par mail, par Nicolas Zinque, août 2014.

Lire la deuxième partie de l’article: « Rose Berryl, une écriture à l’instinct »

 

Liens

Site officiel de Rose Berryl : http://www.rose-berryl.com

La Saga Damenndyn

Les premiers tomes ne sont plus en vente actuellement, mais vous pourrez trouver les romans de la saga dans toutes les bonnes bibliothèques !

  • « Voyage dans la Pénombre » (2 tomes aux Éditions de la Page, 2004)
  • « Damenndyn » (4 tomes aux Éditions Luce Wilquin, 2006-07).

Plus d’informations sur ses autres textes dans notre 2e article à paraitre la semaine prochaine !